2e cycle de la chaire Internet physique

Le 10 juin 2021

 

La chaire Internet physique portée par Eric Ballot et Shenle Pan, enseignants-chercheurs au CGS MINES ParisTech PSL, a le plaisir d'annoncer le lancement de son second cycle.

Cet événement aura lieu  de 17h à 18h30.
Format et  programme seront communiqués prochainement.

> Inscription obligatoire (places limitées)

Contact : chaire-ip@mines-paristech.fr

13th SIG Design Theory Paris Workshop

Du 27 au 28 janvier 2020
The general goal of the Design theory SIG is to organize, collect and support research work that contributes to the renewal of Design theory by benefiting from new scientific advances, and by adapting it to highly innovative design situations.
 
The SIG evolves along two main directions: the “hard program” (formal design theory) and the “open program” (design theory and design issues), that are closely interacting with each other: the “open program” uses the results of the hard program to deal with issues in many areas (including management, economics, art and, philosophy). This interaction has also lead to raise new questions for the “hard program”. This dual logic was used for instance to discuss design theory and methods (how methods use DT and imploring DT to ask new questions to enhance itself) or to discuss design enigma coming from art (how art and symbolic objects could raise interesting questions for DT). The work has been divided into four axes:
 
1. Design theory, Mathematics and formalized models
 
The SIG relies now on a large set of formalized theories and models. In the recent years the SIG has explored the mathematical foundations of design theory (forcing, splitting condition, category theory and Topos), design and possibility theory, design and constructivism, design and logic, design and matroid, generative functions, design and machine learning, design and algebraic extensions, design and generative data science, design and models of generative knowledge structures.
 
2. Design theory and new approaches of flexible structures of knowledge
 
This second topic studies the relationship between, flexible knowledge structures and design theory. It developed through an elaboration of the concept of the interdisciplinary engineering knowledge genome as well as continuous work on n-dim and flat spaces as potential structures for design. Several works discussed the relationship between design and specific “non-verbal” types of knowledge such as emotion, sensations, music, drawing… Models of the generativity of knowledge structure have been presented and discussed (Topos structure and design, generativity of “patrimoine de creation”, autogenetic design theory, generativity in deep learning).
 
3. Theory-driven experiments
 
This third axis includes fundamentals from neuroscience, with discussion of design fixation and inhibitory control in the human brain. Along this line of exploration many innovative design experiments were reported. Studies were reported on the use of design methods derived from design theory. In particular: works on KCP method and its improvement, and, on the use of design methods in different cultures Experiments on “design of gestures”, and “design thinking” were also reported. In particular researchers are today improving techniques to measure the generativity of design methods such as “design thinking”.
 
4. History of Design theories, contemporary context and identity of objects
 
Building on the work on the history of design theory in several perspectives (Bauhaus, Gracian rhetoric, German systematic and, others), a new dimension of explorations led to the new theme “new critic in design and the identity of objects”. The SIG dedicated several sessions and works to learn more and diffuse the Theory of Technical System of Hubka and Eder and on the Autogenetic Design Theory.
 
En savoir plus

Science communication as culture

Le 17 juin 2019

Maja Horst,  professeure en sciences de la communication, responsable du département Media, Cognition & Communication de l’Université de Copenhague, est l'invitée du Centre de sociologie de l'innovation (CSI MINES ParisTech).

Elle présentera ses derniers travaux sur le thème de l'innovation scientifique et de la responsabilité. Cette présentation (en anglais) sera suivie d'une discussion.

Lieu : MINES ParisTech – 60,bd Saint-Michel – Paris (12h -13h15)

Contact : Brice Laurent

En savoir plus

Séminaire – Colin Mayer (Université d’Oxford)

Le 13 mars 2019

La Chaire Théorie de l’Entreprise a le plaisir de vous inviter à la séance d’ouverture du séminaire «Entreprise, Responsabilité et Civilisation»

«Entreprise, Responsabilité et Civilisation» le 13 mars prochain, de 16h à 18h, «Prosperity : Better Business Makes the Greater Good».

L’intervention de Colin Mayer sera la première d’un nouveau séminaire de recherche ouvert et ambitieux sur l’entreprise. Face aux défis que représentent le changement climatique, les inégalités ou les mutations technologiques, il faut reconnaître que l’entreprise n’est pas un simple acteur économique : elle est aussi un vecteur de transformation du monde – des sociétés, des connaissances, des cultures et de l’environnement. Son activité a évidemment des conséquences négatives (pollution, consommations excessives de ressources, inégalités…). Mais l’entreprise participe aussi à la dynamique des connaissances et ses capacités d’innovation se révèlent critiques pour faire face aux défis contemporains. Dans la lignée du programme de recherche mené de 2009 à 2018 au collège des Bernardins, ce séminaire de recherche vise à engager un nouveau cycle : étudier les liens entre entreprise et civilisation. Dans quelle mesure l’entreprise a-t-elle été un vecteur ou un destructeur de civilisation ? Et comment ces liens entre entreprise et civilisation imposent-ils de repenser la responsabilité de l’entreprise ? L’objectif de ce séminaire est de réunir de manière régulière (tous les deux mois environ) les chercheurs de toutes les disciplines et les acteurs soucieux de comprendre les transformations contemporaines et de contribuer à un nouveau cycle de recherches et à l’émergence de nouveaux cadres de pensée pour rendre l’entreprise plus soutenable et plus souhaitable. Lors de ce premier séminaire, Colin Mayer présentera son programme « The future of the Corporation » et son livre « Prosperity : Better Business Makes the Greater Good ». Pour Colin Mayer, si la théorie de l’entreprise part souvent de l’idée qu’elle maximise le profit pour l’actionnaire, elle est fondamentalement fausse et dangereuse. Il est urgent de réformer non seulement nos théories, mais aussi les politiques publiques pour réparer les défaillances de l’entreprise et poser les bases de la prospérité.

Colin Mayer est professeur de management à l’Université d’Oxford, où il mène des recherches en gouvernance et finance d'entreprise. Il dirige également le programme « The future of the Corporation » à la British Academy, qui vise à interroger la mission des entreprises et leur rôle dans notre société.

Ce séminaire est organisé par la Chaire Théorie de l'Entreprise du Centre de gestion scientifique (CGS) – MINES ParisTech.

Lieu : Salles V115 et V116, MINES ParisTech, 60 boulevard Saint-Michel, 75006 Paris, FRANCE de 16h à 18h30.
Inscriptionchaire-te@mines-paristech.fr avant le 6 mars 2019.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Mots-clés

Employabilité des diplômés

21 novembre 2018

Dans l'édition 2018 du Global Employability University Ranking, publiée le 14 novembre par le Times Higher Education, MINES ParisTech renforce sa position, se classant au 33e rang mondial et au 4e national.

Le choix des recruteurs

Ce palmarès mondial des universités et grandes écoles se fonde sur un sondage réalisé auprès d'un panel de 7 000 managers internationaux dans 22 pays. La France, l'Allemagne et la Chine sont au nombre des pays les mieux représentés, avec le Royaume-Uni et les États-Unis. Avec 10 établissements dans le Top 150, au lieu de 12 l'an dernier, la France arrive en 3e position (derrière l'Allemagne et les États-Unis).

Le classement des établissements français

> En savoir + :

Au Japon, entre émotion et rêves d’avenir

1 février 2018

Décembre 2017, Chloé, Helen et Émilie, doctorantes de MINES ParisTech, s'envolaient pour le Japon. Dans le cadre du programme MIRAI, elles s'en allaient rejoindre une centaine d'autres étudiants en provenance des plus grandes universités d'Europe, pour une semaine de découvertes culturelles et scientifiques.

Elles ont eu « la chance de vivre cette expérience unique et d'avoir pu la partager avec des étudiants venus de toute l'Europe ». Voici leur témoignage.

Un départ plein d'espoir

Chloé Varenne est doctorante de 1re année au Centre des matériaux (CdM) & à l'Institut de recherche de Chimie ParisTech. Sa thèse porte sur l'étude de nouveaux alliages de titane tolérants à l'endommagement.
« Si j'ai souhaité participer au programme MIRAI, c'est parce que j'ai souvent entendu parler du Japon, mais n'ai jamais eu l'occasion de visiter ce pays. J'espère découvrir, grâce à ce programme, le pays mais aussi sa culture, ses habitants et ce qu'il se fait en terme de recherche, que ce soit en sciences ou dans d'autres domaines ».

 

Un séjour chargé d'émotion

Helen Micheaux, en 3e année de thèse au Centre de gestion scientifique (CGS), s'intéresse aux filières de recyclage et à la responsabilisation collective.
« J'ai découvert un pays aux valeurs de paix et culturelles fortes. Ces valeurs fondatrices portent l'objectif national, ambitieux et honorable, de diffuser dans le monde un message de paix entre les hommes, par le rejet de l'arme nucléaire, et un message environnemental, par l'aide aux pays en voie de développement à l'accès aux énergies renouvelables et par l'exportation d'innovations technologiques vertes.
Outre les stratégies de "soft power" de la politique internationale du Japon, j'ai découvert des sites témoignant d'une histoire riche en traditions et en émotion. Nous avons visité de grands musées et des temples magnifiques. Nous avons eu l'opportunité unique d'être initié à l'art théâtral du Nô, forme d'art dramatique destiné traditionnellement aux shoguns et aux samouraïs. Mais ce qui m'a le plus marquée a été notre visite au mémorial d'Hiroshima où nous avons eu le témoignage bouleversant d'une survivante du bombardement nucléaire. À 80 ans, la mission qu'elle s'est donnée est de transmettre son témoignage afin de former de nouveaux témoins. À présent, de retour chez nous, c'est à nous de diffuser sa parole ».

Un post-doc au Japon ?

Émilie Perault est en 3e année de thèse au Centre de sociologie de l’innovation (CSI). Sa thèse porte sur deux expérimentations de vie dans l’habitat partagé (l’une à Lyon et l’autre en Ardèche).
« Le programme MIRAI est pour moi l’occasion d’approfondir ma connaissance du Japon – un pays qui m’a fascinée le peu de temps où j’y suis restée -, et de pouvoir découvrir le paysage universitaire afin de préparer un projet d’éventuel post-doctorat dans une université japonaise ».
 

Le programme MIRAI (« futur » en japonais) est piloté par le ministère des affaires étrangères japonais.
Il vise, comme l'indiquent les mots qui composent cet acronyme (Mutual understanding, Intellectual Relations and Academic Exchange Initiative) à favoriser les échanges entre futurs leaders japonais et européens, tout en promouvant la culture japonaise auprès des occidentaux.

 

MINES ParisTech et le Japon

Depuis 2017,  l'École a formalisé des accords d'échanges d'élèves ingénieurs et actuellement 4 de nos étudiants poursuivent une partie de leur scolarité au Japon.
Des accords cadres ont été signés avec les établissements suivants :

  • Tokyo Institute of Technology  (11/04/2007)
  • University of Tokyo  (31/08/2009) 
  • Kyoto  Doshisha Univ  (01/08/2012) 
  • Tokyo  Keio Univ  (3/08/2011) 
  • Fukuoka  Kyushu Univ  (26/08/2011)

Au niveau de la recherche, c’est surtout le Centre de recherche sur les Risques et les Crises (CRC) de MINES ParisTech qui a établi de grandes collaborations. Dans ce cadre, des ouvrages ont été publiés aux Presses des mines sur l’accident de Fukushima Dai Ichi.